Categories À la une, Formations

Formations en ligne

Vidéo présentant un aperçu de nos formations journalières.

La situation du confinement aurait pu avoir pour effet de fragiliser notre offre de services de formation. Nous sommes heureux et fiers de constater l’agilité de notre organisation à mettre en place une infrastructure qui nous permet de maintenir notre contribution au développement de nos stagiaires!

Dans un souci de solidarité, tout au long de cette période qui nous impose une distanciation sociale, nous avons également ouvert de nouvelles plages de formation de groupe et d’accompagnement pour toute personne souhaitant demeurer active et mobilisée pour son mieux-être et son développement.

Categories À la une, Médias

Le virus de la peur

Réflexion

(Lettre d’opinion dans La TRIBUNE – 17 MARS 2020)

Je suis en grand partisan du principe de précaution et j’appuie toutes les mesures responsables qui ont été décrétées par les autorités dans le but de lutter activement afin de contenir l’enjeu qui fragilise présentement l’ordre établi de nos vies.

La situation qui s’impose à nous présentement nous permet de mesurer de nombreuses dimensions sociales de notre société et notre degré de civilisation. Si l’un des symptômes à surveiller présentement est l’insuffisance respiratoire, je dois reconnaitre que je commence à manquer d’air!

Comme père de famille, je suis aujourd’hui beaucoup plus préoccupé par le modèle de comportements que certains adultes exposent à mes enfants que pour leur santé physique. Je suis capable d’expliquer à mes enfants les motifs raisonnables et responsables qui justifient la fermeture de leur école mais j’ai beaucoup plus de difficultés à trouver les mots pour leur expliquer pourquoi des adultes semblent céder à la panique. Même si mes enfants ont confiance en moi, je crains que mes mots finissent par ne plus faire le poids face à des comportements complètement disproportionnés.

La situation des derniers jours interpelle au premier plan notre capacité de jugement et notre capacité d’adaptation. Elle nous permet de mesurer la solidité de notre centre de gravité intellectuelle et émotionnelle. Lorsque la crise aura passée, nous pourrons tous regarder derrière nous et relire nos comportements, qui sont le reflet de nos pensées actuelles les plus profondes.

La semaine prochaine est dédiée à mettre en valeur les personnes vivant avec une déficience intellectuelle. Dans un contexte où certains humains ne semblent pas faire usage et surtout honneur à toutes leurs capacités intellectuelles, nous sommes privilégiés et chanceux de pouvoir côtoyer des personnes vivant avec une déficience intellectuelle qui sont passés maitres dans l’art de vivre le moment présent, la résilience, la gratitude et j’en passe… Je nous invite donc, en ces moments d’instabilités, à regarder ces personnes et à s’inspirer de leur manière de vivre! Ce sont eux aujourd’hui les gardiens de notre équilibre mental.

J’espère que les médias nous donnerons un peu d’air frais en s’assurant de leur réserver une place de choix dans l’actualité!

David Caron, directeur général

Le Groupe Probex et Les Résidences Monchénou

Categories À la une, Médias

Reportage Estrieplus.com

Reportage d’Anita Lessard

Publié le 26 janvier 2020

Groupe Probex: Faire différent, voir autrement le potentiel des gens!

Le Groupe Probex offre depuis maintenant cinq ans, l’opportunité à des individus de tous horizons de développer leur potentiel, d’acquérir un savoir-faire, et ainsi devenir des membres actifs de la société.

crédit photo: EstriePlus; Sabrina Chrétien est non-voyante (gauche); elle travaille à l’atelier de Probex depuis deux ans.

L’atelier fourmille de jeunes et moins jeunes, certains ayant une déficience intellectuelle, certains ayant des capacités physiques réduites, d’autres ayant besoin d’un coup de pouce pour s’adapter aux réalités du marché du travail. Répartis entre petites équipes supervisées par du personnel spécialisé, chacun est occupé à une tâche, selon ses capacités cognitives, motrices, et sociales. Les participants sont concentrés à bien accomplir leur travail, dans un esprit de collaboration et de bonne entente.

Sabrina Chrétien a progressivement perdu la vue dû à son diabète. Elle est non-voyante depuis près de cinq ans et cherchait une façon de sortir de son isolement. Sabrina travaille au Groupe Probex depuis deux ans et y a trouvé soutien et motivation. « J’ai apprivoisé mon environnement, mes déplacements avec l’aide de mes collègues de travail; c’est d’accepter aussi de recevoir de l’aide qui est pas facile au début. Quand tu es non-voyant les employeurs sont plus craintifs, ils sont moins enclins à vouloir te donner ta chance. Depuis que je suis ici, les gens ont vu que j’étais capable d’en faire plus qu’ils ne le croyaient. Je me suis dépassée! », ajoute fièrement Mme Chrétien.

Le Groupe Probex offre depuis maintenant cinq ans, l’opportunité à des individus de tous horizons de développer leur potentiel, d’acquérir un savoir-faire, et ainsi devenir des membres actifs de la société. L’objectif premier de Groupe Probex est d’améliorer la qualité de vie des gens qui sont plus vulnérables; soit à cause d’un accident, suite à un diagnostic d’une déficience intellectuelle, de la délinquance, ou de la toxicomanie.

Pour son directeur général David Caron, l’entreprise sociale partage des valeurs d’accueil et d’ouverture pour rendre ces personnes plus confiantes en leurs moyens, leur donnant plus d’autonomie au passage. « On ne met pas de catégorie sur les individus; nous c’est vraiment : »Est-ce que tu es satisfais de ta situation de vie? Est-ce que tu as le goût de te prendre en main? Quelles sont tes capacités et de quelle façon est-ce que tu peux contribuer? Quelles sont tes ambitions et tes buts? Nous on offre de la formation qui tourne autour du développement de l’individu; dans un capital humain qui est souvent méconnu. C’est aussi essayer de repousser les limites que les gens s’imposent à eux même », explique M. Caron.

Le Groupe Probex englobe trois catégories de stagiaires : ceux qui ont des contraintes permanentes à l’emploi (handicap physique ou intellectuel); ceux qui ont vécu une rupture dans leur vie (accident, maladie, traumatisme crânien, AVC); ceux qui vivent des épisodes difficiles (remises en question, épuisement professionnel, maladies professionnelles). « On a pas la prétention de faire à la place de la personne. Ce que l’on souhaite c’est aider la personne à identifier les bons choix de vie à faire et de compléter la portion dont elle a besoin », insiste David Caron. Les activités de l’entreprise sont offertes par un groupe formé de professionnels qui sont passé maîtres dans le développement des individus et des organisations.

Trois volets se côtoient au sein de Groupe Probex; un volet Éducation/formation; un volet services (en entreprise); et celui assez connu du public, les résidences Monchénou, fondées par les parents de M. Caron en 1985. C’est d’ailleurs dans le but de concilier les activités de Groupe Probex avec celles des résidences que les deux entités ont été intégrées en 2019.
La grande fierté de David Caron vient aussi du fait qu’avec de la détermination et un travail de représentation de longue haleine, les résidences Monchénou ont maintenant atteint une certaine pérennité. Cette offre d’hébergement (deux maisons) propose des milieux de vie supervisés pour des handicapés intellectuels et physiques. L’organisme a réussi avec les années à convaincre les instances du domaine de la santé et des services sociaux, du bien-fondé du modèle de gestion adopté par les résidences, et de son approche pour le bien-être des personnes qui y résident.

Avec ‘’Faire différent, voir autrement » , on peut dire que le Groupe Probex respecte son mantra à la lettre.

Lien vers l’article: http://www.estrieplus.com/contenu-probex_entreprise_economie_sociale_monchenou-1988-47654.html?fbclid=IwAR3DHpaGBHLlgfFiwOqSSiEdPL0pDLnG3tmyWWPEDDvQp5Ctn9FMuOT8w2Y